Le konjac dans la cosmétique

Publié le par Louiza

Le konjac dans la cosmétique

Vous connaissez certainement les éponges de konjac mais connaissez vous réellement les autres propriétés du konjac dans la cosmétique ?

Connu en Occident sous son nom japonais konnyaku, et principalement cuisiné au Japon, le konjac est une plante vivace qui pousse à partir d'un rhizome tubéreux sphérique de très grande taille.

Il est originaire des forêts tropicales et subtropicales de l'Asie du sud-est et pousse naturellement au Vietnam, en Chine, en Indonésie, en Corée du Sud ou encore au Japon.

Le konjac est très riche en glucomannanes, un polysaccharide de poids moléculaire élevé, composé de mannose et de glucose.

Le glucomannane est une fibre soluble à haute viscosité qui peut s'étendre jusqu'à 100 fois son volume dans l'eau, ce qui en fait un humectant extrêmement efficace dans les cosmétiques !

Le konjac forme un gel transparent et incolore avec une bonne viscosité à 1,5%.

En cosmétique, les glucomannanes de konjac sont utilisés pour leur pouvoir gélifiant, hydratant, adoucissant et lissant de la peau et des cheveux.

J'ai découvert cette pépite il y a quelques années chez Les Essentielles de Cristine et je l'ai testé dans plusieurs recettes : gels, crèmes, laits, soins capillaires et même dans les savons (tapez Konjac dans la barre de recherche et vous aurez toutes les recettes).

Le konjac est particulièrement intéressant dans les soins capillaires où il contribue à lisser, à démêler et à hydrater les cheveux.

J'ai publié sur Instagram, en vidéo,  les recettes de mes gelées capillaires dont voici le lien :

https://www.instagram.com/p/B_nmIaIicy6/?igshid=1239iuvzaoxak

Le konjac est vendu comme coupe faim naturel dans les magasins spécialisés, choisissez-le avec une teneur d'un minimum de 90% en glucomannanes.

 

A bientôt ...

Vous abonner à ma chaîne Youtube

Offres de parrainage

Me suivre sur Facebook

Me suivre sur Twitter

Me suivre sur Pinterest

Me suivre sur Instagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article